Articles

L’exemplarisme dans la doctrine spirituelle de Hadewijch d’Anvers 1)

Lire notre présentation de Hadewijch d'Anvers...
La doctrine spirituelle de Hadewijch est fondée sur l’exemplarisme, il importe dès lors d’en avoir quelque notion.

Notion généraleUne vérité commune de la philosophie ancienne d’inspiration platonicienne et de la théologie chrétienne est que le premier principe de toutes choses, souverainement et absolument un et simple, identifie en lui-même toutes les perfections des choses qui émanent de lui. Cette perfection une et infinie se diffuse et se diversifie dans les êtres qui en procèdent et qui participent ainsi à son unique perfection par des ‘imitations’ partielles et multiples. En se perfectionnant et en s’unifiant par imitation de l’unique principe, ces êtres font retour à leur origine : c’est le thème de l’exitus-reditus, ‘sortie-retour’.
Les néo-platoniciens tiennent que les choses ne sont rien d’autre que des manifestations extérieures de l’Un dont ils émanent de manière nécessaire, de sorte que l’univers n’est qu’une théophani…

Illustrations dramatiques...

Image
Le DE REGNO de saint Thomas d'Aquin a été écrit au XIIIe siècle : les lignes sur les conditions du territoire de la Cité peuvent surprendre sous la plume d'un Docteur connu spécialement pour sa pénétration métaphysique. Il est aisé de montrer qu'aujourd'hui encore, elles n’ont rien perdu de leur actualité.

Il est aisé de voir - hélas par contraste - à quel point la doctrine politique et économique de saint Thomas d'Aquin mérite d'être approfondie : elle peut fournir la clé de beaucoup de problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui.

Voici une illustration tirée du domaine de l'agro-alimentaire.

La mondialisation du commerce des denrées alimentaires, soutenue par l’industrialisation systématique de l’agriculture et chapeauté par le monopole écrasant des trusts de grande distribution, entraîne la détérioration de la vie des agriculteurs, les conduisant à exploiter - parfois jusqu'à détruire - leur environnement naturel, et les absorbant dans l’ad…

Le DE REGNO de SAINT THOMAS en ligne !

Image
L'intégralité du DE REGNO de saint Thomas d'Aquin
est désormais sur ce site.

Le texte latin a été soigneusement traduit, muni d'amples notes explicatives et entrecoupé d'articles spéciaux soulignant les idées maîtresses de l'ouvrage.


Lire notre introduction au DE REGNO...
Lire notre
article préliminaire sur la philosophie politique...




Plan général du  
De Regno



Dimensions de la Cité

Image
Voir le plan général du De Regno...

Voir le plan spécial du deuxième livreDe Regno...


Accessoirement, quelques considérations du De Regno donnent des éléments de réflexion au sujet des dimensions idéales de la Cité.

Au temps de saint Thomas, on pouvait considérer que la Cité - incluant la campagne environnante - comportait tout le nécessaire pour la vie humaine, industries et œuvres de civilisation incluses. Les villes ne se regroupaient en provinces que pour assurer leur défense. Saint Thomas dit de même dans son Super Matthaei Evangelium[1].

Les transformations actuelles du monde rendent cette vue quelque peu caduque, mais les principes demeurent : la Cité, au sens plein, est la communauté auto-suffisante. On peut certes se demander quelle est aujourd’hui cette Cité.
Faut-il l’élargir aux dimensions de l’Europe ou du monde ?

La Cité antique était réduite aux dimensions de la ville et de la campagne environnante. Ne faut-il pas aujourd’hui dépasser les États nationaux par l’Union Eur…

Commerce et finance

Image
Voir le plan général du De Regno...

Voir le plan spécial du deuxième livreDe Regno...
"Les négociants portent tout leur effort vers le gain, et par suite la pratique habituelle du négoce enracine la cupidité dans le cœur des citoyens..." Saint Thomas d'Aquin, De Regno II, 7 Voir le passage entier du De Regno sur les marchands...
Pourquoi un tel ostracisme à l’égard des négociants ?

Sont-ils tous nécessairement envieux et cupides ?

Là n’est pas la question. Toute entreprise économique, atelier, usine, exploitation agricole ou autre est finalisée et définie par ce qu’elle produit, par ce qu’elle apporte en propre. Cette production est réglée par les besoins et la réalité de la vie humaine. Une entreprise commerciale (a fortiori financière), à moins de n’être que l’auxiliaire d’une entreprise de production ou d’approvisionnement, ne produit rien ; elle n’est finalisée par rien, sinon par l’argent. Or, l’argent n’est pas un bien réel, mais un instrument d’échange. Cette e…

L'immigration

Voir le plan général du De Regno...

Voir le plan spécial du deuxième livreDe Regno...

Comme en passant saint Thomas touche, dans un passage du De Regno sur les marchands, une question très actuelle.
Le moins que l’on puisse dire est qu’il n’est pas favorable à la présence d’étrangers sur le sol de la Cité. Il ne s’agit pas ici de porter un jugement de valeur sur les mœurs et coutumes d’un autre peuple. Les peuples ont des mœurs différentes issues de leur Histoire et de leur tradition. Le mélange dans les mêmes lieux fait perdre ces héritages. Les hommes du melting-pot sont des déracinés, sans repères ni traditions. Ils ne sont plus unis que par la matière et le lieu qu’ils habitent, sans unité proprement humaine. La tradition de la Cité où ils habitent n’a plus d’intérêt pour eux. Cette unité purement matérielle et utilitaire, sans communion à un héritage morale et culturel commun, rend précaire voire inexistante l’unité de la Cité. La Cité ne peut reposer sur une convergence fragile…

Roi et Pape, Cité et Église

Image
La doctrine de la soumission du Roi au Pape
et de la subordination de la Cité à l'Église


À l'occasion d'un passage du De Regno, nous rappellerons brièvement la pensée de saint Thomas d'Aquin avant de nous pencher sur celle de Jacques Maritain.

Voir le plan général du De Regno...

Voir le plan spécial du deuxième livreDe Regno...
Plan de l'article :
La doctrine de saint Thomas d'Aquin
La pensée de Maritain : distinction entre « Chrétienté sacrale » et « Chrétienté profane »
Critique de la thèse de Maritain
Naturel et surnaturel
L'homme, animal politique
Chrétienté et Révolution
Quelle Chrétienté aujourd'hui

La doctrine de saint Thomas

Si l’ordonnance du bien politique à la vie éternelle était un ordre de pure et simple finalité, alors la Cité serait purement et simplement soumise à l’Église, les princes au Souverain Pontife ; les Cités ne seraient que des parties de l’Église, car essentiellement incapables d’atteindre leur bien propre sans l’Église. Les Cités sera…